Jocelyne Mi tchè mwen: Long-métrage documentaire, 89 min
Un film écrit et réalisé par Maharaki
Une production Riddim Production
Une coproduction Canal+ Antilles et Canal+ Guyane

AFFICHE JOCELYNE MI TCHE MWEN


NOTE DE L’AUTEUR

Figure emblématique du groupe KASSAV, Jocelyne BEROARD est une des grandes icones de la communauté antillaise et africaine. Au-delà d’avoir initié un nouveau courant musical, le Zouk, elle a contribué au rayonnement des Antilles à l’échelle planétaire.

Première chanteuse antillaise à obtenir un disque d’or, citoyenne du monde décorée et récompensée, artiste engagée notamment pour la cause Noire et contre l’enfance maltraitée, si l’on connaît bien son parcours professionnel, on sait peu de sa vie privée.

Pourtant toutes ses chansons semblent autobiographiques. Exprimant autant de joie explosive que de peines abyssales, ses textes révèlent une sensibilité à fleur de peau, une grande force intérieure ainsi qu’une vie amoureuse difficile.

En dévoilant les grands événements de son cheminement, ce film va permettre de comprendre comment cette artiste antillaise hors normes a utilisé ses dons d’écriture et d’interprétation pour magnifier ses émotions et leur donner une résonnance universelle.

Mon film, « Jocelyne – Mi tchè mwen », est un documentaire intimiste qui met en scène une succession d’histoires d’amour.

Il débute par l’amour qu’elle porte à sa famille. Cet amour qui l’a construite, qui l’a forgée, qui l’a armée pour la vie.

Il s’articule ensuite autour de son amour pour notre culture Créole et singulièrement pour le Créole, notre langue, qu’elle a toujours défendu, qu’elle a développé, qu’elle a fait voyager autour du monde, qu’elle sublime dans ses textes et qui la sublime en retour.

Et c’est parce qu’à travers ses textes et leurs chansons qu’elle interprète, Jocelyne nous transmets de la lumière comme avec « An limiè », de la joie avec « Kay manman », de l’espoir avec « Ké sa léve », de l’amour inconditionnel « Vini Séré », que mon film est une histoire d’amour avec un grand A, une histoire où Jocelyne nous ouvre son cœur, une histoire qui s’intitule « Jocelyne – Mi tchè mwen ».

En tant que femme et artiste caribéenne, Jocelyne BEROARD est pour moi un modèle et une source d’inspiration. J’admire son talent d’auteur et d’interprète et j’ai un immense respect pour le parcours de cette femme martiniquaise qui, avec KASSAV’, a apporté reconnaissance et respect à la musique antillaise bien au-delà de nos côtes.

J’ai la chance d’avoir des relations privilégiées avec Jocelyne BEROARD et ce depuis l’enfance. Au fil des années, nos échanges sont devenus plus personnels et j’ai recueilli le récit de ses aventures avec KASSAV’, de ses combats, ses joies et ses peines qui ont jalonné sa vie artistique et personnelle.
J’ai compris combien elle a puisé dans un vécu parfois douloureux pour nourrir ses textes et son interprétation.
Elle est pour moi l’exemple criant d’une résilience qu’elle a mis au service de son art.

C’est ce parcours à la fois artistique et intime que j’ai souhaité mettre en image, en même temps que d’égrener les succès de KASSAV’.

A travers l’histoire de la vie de Jocelyne BEROARD, j’ai également souhaité mettre en lumière les notions de courage, de persévérance, de travail, de volonté, de dépassement de soi, de tolérance, d’obstination à la réalisation de ses rêves et les poser en valeurs d’exemple. Autant de thèmes universels qui prennent ancrage dans l’histoire d’une figure antillaise.

De façon moins exacerbée, j’ai tenté d’effleurer l’impalpable par le biais de thèmes sous jacents tels que le destin, le divin, la superstition, les rêves prémonitoires, les symboles et les signes. Il s’agissait de toucher du doigt l’imperceptible et l’immatériel du quotidien des stars dont l’histoire s’écrit aussi quelque part dans les étoiles. Son titre « An limiè » est d’ailleurs empreint de cette énergie.

Avec une esthétique léchée, une structure narrative précise et une intensité dramatique millimétrée, je me suis attachée à faire de ce film une véritable œuvre cinématographique à la fois émouvante et audacieuse.

Les spectateurs qui connaissaient déjà Jocelyne BEROARD dans sa dimension artistique découvriront enfin des pans de son histoire personnelle.

Ceux qui ne la connaissent pas encore découvriront une figure incontournable de la musique, une ambassadrice de la Caraïbe, une artiste engagée, une femme d’exception de nombreuses fois décorée et récompensée, une citoyenne du monde, véritable exemple pour les générations à venir.